Le Malleus... Episode 3 - Le crapaud

Puisque le premier tome du Malleus - "Le Malleus - Les sorcières de Sarry" a été écrit pour "Écrivons un livre", il me semblait normal qu'il en soit de même pour le second tome "Le Malleus - Tous les visages du diable".

Vous allez donc, comme pour la première partie du roman, découvrir en exclusivité la suite des aventures d'Alayone. Et je sais qu'elle vous a beaucoup manqué.

Je vous invite donc a vous plonger de nouveau dans cette fin du 15e siècle où la chasse aux sorcières est devenue le divertissement de prédilection d'inquisiteurs peu scrupuleux.

Episode 3 le malleus tome 2 tous les visages du diable

158
Folie n’est pas vaillance !
A poursuivre ce qu’inspire la démence
Je ne vois rien à gagner
Tout homme doit considérer,
Au commencement, à quelle conclusion
Aboutira son action.
S’il voit qu’un mal peut en venir,
Il lui faut alors s’abstenir
Et changer, dans son intérêt.
Alors on dit qu’il est prudent et avisé.
Celui qui aime, tout en sachant qu’il ne suscite aucune [sympathie,
On devrait bien dénoncer sa folie !
L’amour qui égare
Réserve détresse et désespoir.
Placer sa peine et ses services
A des hauteurs où l’on voit bien
Que nul bien ne peut advenir,
C’est s’évertuer à se honnir !
Il fait grande folie
L’oiseau qui à l’aigle s’oppose :
Qu’il vienne à l’affronter,
Il sera vite à la mort acculé.
Une bien folle résolution
Anime la bête qui contre le lion
Pour se battre se dresse :
Il a vite fait de la mettre en morceaux et en pièces,
S’il y met sa force.
Ainsi en est-il du fou qui s’efforce
D’aller vers ce qu’il ne peut atteindre.
S’il en meurt, personne ne doit le plaindre !
Puisqu’il se donne lui-même la mort,
Personne ne doit plaindre son sort.

Le roman de Tristan en prose – Réponse de la reine

 

épisode 3

 

13 Mai 1488 - Journal d’Alayone

Que d’horreurs, d’atrocités, d’abjections ! Point n’ai-je de mot pour qualifier le contenu de ce mémoire. Et c’est vers ce maître en géhenne que doit me mener ma confiance, c’est vers ce seigneur crapuleux, ignominieux, que l’évêque de Châlons me fait aller ? Que vais-je trouver en ce Comte de Dampmartin ? Je crains à raison d’avoir échappé à l’exécuteur de la haute justice pour m’en remettre à un autre bourreau.

Je savais que le chanoine Richard avait le cœur appesanti par un destin mahaigné, mais ce que je viens de lire me tend d’un si accablant chagrin. Mon pauvre ami, quelle mauvaise fortune fut la tienne, pourquoi Dieu t’a-t-il ainsi puni qu’il ne te laissa point de répits dans l’existence ? Sous tes airs austères et peu diserts se cachait une âme si âcrement mâchurée, mais au combien bienveillante et sans malice. Comme tous ces pondéreux duels on dut te sembler lourd et douloureux mon petit père, toi qui pris tant soin de moi. Malgré mes vives impulsions et mon comportement déplaisant, jamais tu ne fus d’humeur aigre à mon égard.

Dieu, où est ta justice ? Ta bonté dont on n’a de cesse que de me répéter la grandeur ? Ceci n’est pas digne de tes enseignements et je ne crois plus en ta félicité. Je ne te parlerai plus, je ne te prierai plus, et je laisse tes ministres cailleter de ta grâce, car ils te ressemblent dans leurs actions, à cause du mal qu’ils infligent à tes créatures et en ton nom.

Il me semble avoir raisonné à trop haute voix, car mon père, par sa grande sagesse apaisante, vint me dire avec toute la douceur dont il est façonné :

– Alayone, ma fille, tu ne pourras pas changer ce qui c’est produit hier et je ne conçois pas que Dieu soit fautif. Il nous a imaginés libres de penser et d’agir, et cette grâce qu’il nous fit, peu d’entre nous comprennent à quel point il nous faut la respecter dans l’amour et la compassion. C’est le diable qui rend les créatures de Dieu aussi malintentionnées, et nous avons l’indépendance de choisir notre guide : le bien ou le mal.

Puis il me montra un crapaud qui venait de sauter dans le marécage près duquel nous nous étions arrêtés quelques instants.

–  Il est perpétuellement dans l’eau, comme ce Bréhal est dans l’église. Il devrait donc être immaculé et purifié ? Ou tout au moins un minima propre ? Mais contemple cet animal, regarde dans quel bourbier il se plaît à vivre. Il en est de même avec notre Église ma chère enfant. C’est un liquide impur, infecté par de mauvaises pensées, de mauvaises actions, de mauvais jugements et c’est le diable le coupable qui nous soumet à la tentation et pervertit les cœurs. Dieu nous a fait don d’une eau cristalline, mais nous l’avons souillé de s’y être décrassé de nos malfaisants comportements, sans jamais songer la changer ou à l’assainir par nos prières et nos demandes de pardon, et elle est devenue tarie. Le crapaud, malgré son habitat, est loin d’être l’animal le plus propre.

– Alors pourquoi Dieu ne jette-t-il pas cette répugnante bestiole avec son eau croupie ?

– Si Dieu le jette la bête, elle ira encore plus loin et plus rapidement.

– Il n’a dans ce cas, qu’à l’écraser du pied et ne laisser demeurer que les âmes justes et méritantes.

– Tant qu’il y aura de la vase squalide qui ne demande pas de soin ou d’effort particulier pour y vivre ou même suffisamment hideuse pour ne pas aimer s’y débattre, les hommes y resteront et y trouveront bon compte. Et sais-tu quelle en est la raison ? À nager dans les eaux troubles, on ne voit pas ce qui se terre au fond et on évite un discernement qui effraie. La vérité est en toi mon Alayone, garde cette pureté, cette petite lumière dont tu es façonnée. Elle brillera de nouveau le moment venu, lorsque tu auras trouvé une eau assez limpide pour y boire la vérité de Dieu. Et cette eau ne sera pas fatalement consacrée, mais plutôt l’onde éthérée de ton cœur authentique.

– Père, je n’ai plus que de la haine en moi, la flamme s’est éteinte

– Je n’y crois pas un instant, ce que tu as en toi c’est une petite lueur d’espoir qui grandit et à qui tu vas faire don de beaucoup d’amour.

J’ai pris la décision de poursuivre le journal de mon bon chanoine afin de faire effort pour rendre à son histoire une fin heureuse. Paix à son âme et même s’il s’est donné la mort, je n’imagine pas Dieu lui refuser son paradis ou s'il est un fait impossible, c’est que mon père se trompe et que le Diable n’est en rien fautif de notre malheur.

 

Le malleus tome 2 tous les visages du diable suite des sorcieres de sarry

Merci à Ludo Nature et Vie pour m'avoir amicalement offert la photographie de couverture

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

ecrivonsunlivre
  • 1. ecrivonsunlivre | 19/07/2019
La suite le 26 juillet...
misslou
  • 2. misslou | 19/07/2019
Voici donc le chapitre 3 et ... ça y est ! je recommence à me replonger dans l'univers de 1438...1488, à me réhabituer à la langue de cette époque que l'auteure utilise si bien et à retrouver avec plaisir notre jeune héroïne.
La voici donc à la recherche de cet Antoine de Chabanne, personnage peu recommandable et qui pourtant pourrait être une aide précieuse pour notre Alayone, enceinte de Tristan et qui doit donc fuir.
J'aimerais bien savoir d'ailleurs ce qui arrivait à Tristan à la fin du Malléus I et s'il est toujours vivant...

A bientôt pour le quatrième épisode et j'espère que le destin ne sera pas trop dur avec Alayone...

Ajouter un commentaire