Le Malleus... Episode 17 - La chacunière

Puisque le premier tome du Malleus - "Le Malleus - Les sorcières de Sarry" a été écrit pour "Écrivons un livre", il me semblait normal qu'il en soit de même pour le second tome "Le Malleus - Tous les visages du diable".

Vous allez donc, comme pour la première partie du roman, découvrir en exclusivité la suite des aventures d'Alayone. Et je sais qu'elle vous a beaucoup manqué.

Je vous invite donc a vous plonger de nouveau dans cette fin du 15e siècle où la chasse aux sorcières est devenue le divertissement de prédilection d'inquisiteurs peu scrupuleux.

Episode 17 le malleus tome 2 tous les visages du diable

17

 

Épitaphe sur la tombe d’Antoine de Chabannes, Comte de Dammartin, Seigneur de Saint-Fargeau et du Païs de Puisaie, chevalier de l’ordre du roi, grand maître de France sous Louis XI.

Mort suis sans trahison

Mais bien aimant raison

Comte et aussi grand maistre

Dieu me mette en bon estre !

J’aimai la loyauté

Qui m’a toujours porté

Tant que au monde ait esté ;

D’ennemi non vaincu

D’an IIII.XX j’ai vescu

On le sait de trois rois non reprint

Sur se point Dieu m’a print (donner une emprunte, frapper)

X

3 janvier 1489 - Le chat

Dès le départ de Monseigneur l’évêque de Châlons, Comte de Saint-Géran et Abbé de Saint-Germain-des-Près, Jean de Chabannes organisa le voyage d’Alayone vers ma maison de chasse.

Le mire craignait que ce déplacement ne soit fatal à sa soufrante (1), il avait peur que le foie ne soit dégradé ce qui provoquerait également le déséquilibre des intestins et des reins. Il était troublé par la quantité de sang qu’elle perdait. Personne ne lui apprit qu’elle était enfantante.

Et malgré ses réticences, la décision fut prise de la transporter avant la nuit tombée. En cette période de famine, les loups étaient nombreux à Ermenonville et il était plus précautionneux de se prévenir d’eux au grand jour. Le voyage devait se dérouler lentement pour ne point brusquer ma maîtresse, la route à travers bois s’annonçait interminable.

Jean de Chabannes fit appel, dès le tant tôt (2), à un de ses féals serviteurs afin qu’il prépare la chacunière et apporte au château du fourrage qui pourrait s’avérer nécessaire en cas d’un printemps tardif. Ce dernier venait de rentrer le foin dans la grange ce qui lui permis, avec l'aide du comte d’installer le plus précautionneusement qu’il fut temps Alayone dans la charrette dont il avait usé. Le seigneur se cacha à l’arrière avec ma maîtresse et le varlet prit les rênes.

Dehors, à quelques lieues de là, le mire attendait avec un palefroi.

La route vers la maison de chasse fut calme et silencieuse. Chacun avait ses craintes : Le serviteur s’effrayait de l’apparition possible de bêtes carnassières, Jean de Chabannes redoutait d’être aperçu et le maistre était fort inquiet pour Alayone.

Puis nous sommes arrivés entre chiens et loups. Ma maîtresse fut déposée sur la couche fraîchement renouvelée et le varlet (3) s’en retourna aussitôt d’une allure beaucoup plus preste.

Le mire parcourut les lieux du regard et il sembla ému.

– Il est fort rare de voir un pavillon de chasse aussi bien entretenu, y venez-vous souventefois ?

– L'été échu plus que les autres, j’y ai d’ailleurs reçu des hôtes de qualité.

– Certes, elle a bien… Je vais m’occuper de la damoiselle, vérifier si le voyage ne l’a point trop affaiblie. Pensez-vous que nous puissions enflammer la cheminée ?

– Cette nuit, je présume que votre repos sera vrai, il ne passe jamais personne en ce lieu, l’orée de nos… de mes terres est bien gardée et avec les loups qui rôdent, point d’embuschement (4) à craindre. Mais je prie Dieu pour qu’elle se réveille vitement. J’ai disposé ici ses effets personnels, je sais que mon père lui avait donné des directives afin qu’elle s’assure de bonnes fortuités. Je vous ai fait servir également suffisamment d’eau et de vivres pour quelques jours. Voici votre dû et un peu plus. Demain, mon palefrenier vous livrera deux montures que vous pourrez garder.

Le mire le remercia de façon très courtoise et sans aucune forme de surprise. Ce qu’il venait d’exposer aurait dû le troubler, mais il n’en fut rien. Il agit comme si l'avenir était écrit ainsi. Jean de Chabannes ajouta enfin :

– Frère Guillaume m’a informé de tout, je connais votre nom et votre histoire, mon assistance s’arrête donc ce hui. Les derniers événements m’ont causé grand martel et j’ai besoin de repos. J’ai demandé au roi de me libérer de ma fonction de chambellan ce qu’il m’a accordé. Je repars pour Saint-Fargeau avec ma petite Anne et j’espère y retrouver la paix et la sérénité (5). Si besoin est, je vous aiderai mêmement, mais je prie pour que vous n’ayez plus cette nécessité. Dites bien à Alayone mon amitié sincère lorsqu’elle se réveillera, je resterais à jamais son obligé. Dieu vous garde.

Puis il partit sans se retourner.

X

 

4 janvier 1489 - Le chat

 

Il était évident que je me cacherais dans la charrette et lorsqu’il me vit, il ne fut pas étonné. Je m’installais comme à mon habitude aux pieds de ma maîtresse. Le feu criait dans la cheminée et la chacunière sentait bon les herbes et l’essence de sapin.

– C’est de l’huile de pin, cela permet d’assainir l’air, je lui ajoute aussi du jus d’ail et de lavande dans son miel (6), il ne faudrait pas qu’elle se fasse surprendre de nouveau par sa mauvaise toux.

Puis il s’avança vers d’elle, retira l’attelle en terre cuite qui lui maintenait le menton, et lui appliqua l’onguent de consoude et de cire d’abeille.

– Heureusement que j’ai avec moi de la liqueur de pavot, car ton réveil s’annonce bien pénible.

Il passa le baume avec grand soin, du bout des doigts, sur sa peau bleuie. Il s'approcha tout près de son visage et souffla délicatement sur une mèche de cheveux qui s’était perdue sur son front. C’est ce moment qu’elle choisit pour s’éveiller. Il la contempla, l’eau qui perlait au coin de ses yeux dévalait ses joues.

– Je t’avais fait la promesse de revenir et de toi prendre garde. Je vois que tu m’as sagement attendue…

– Tristan…

 

X

(1) soufrante : patiente

(2) tant tôt : la veille

(3) varlet : valet, serviteur

(4) embuschement : embûche, embuscade

(5)  Jean de Chabannes quitta la cour à la mort de son père puis se retira dans ses terres. Il s’adonnait à la chasse, son plaisir favori et consacra le reste de sa vie à honorer la mémoire de son père. Il laissa reposer le corps de son père à Dammartin et le cœur et ses entrailles à Saint-Fargeau

(6)  l’ail et la lavande contiennent des antibiotiques naturels

 

Le malleus tome 2 tous les visages du diable suite des sorcieres de sarry

Merci à Ludo Nature et Vie pour m'avoir amicalement offert la photographie de couverture

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

misslou
  • 1. misslou | 29/10/2019
Grand merci pour ces infos : ainsi nous sommes à mi-parcours, à mi-chemin de la fin... et nous devons rester sur notre faim ! Et bien nous attendrons la seconde partie du Malléus II à qui je souhaite un beau succès, dès qu'il paraîtra...
misslou
  • 2. misslou | 26/10/2019
"Tristan !" Que voilà en un mot, un superbe retournement de situation ! Une superbe fin qui semble en même temps, un commencement ! Nous espérons donc pouvoir "vitement" lire le Malléus 3 ... Bravo à notre auteure préférée sur Ecrivons un livre, qui peut-être voudra bien nous révéler si une suite est déjà bien avancée....
Marie-Laure KONIG
  • Marie-Laure KONIG (site web) | 28/10/2019
Je suis étonnée que vous n'ayez pas trouvé qui était caché derrière ce mire, c'est donc que j'ai réussi l'effet escompté. La suite du Malleus devrait paraître en fin ou début d'année en version papier uniquement. Je vous ai présenté ici la première partie du second tome, ceci signifie donc qu'il y aura bien une suite avec un changement d'air !

Ajouter un commentaire