Les incontournables de la fantasy

Nous voulions aujourd’hui vous présenter les meilleures sélections des romans fantasy. Mais il faut que l’on vous avoue que nous n’avons pas tout lu…

Cependant, nous pensions bien avoir lu les meilleurs mais nous ne pouvions pas vous conseiller uniquement sur la base de nos lectures.

Nous avons donc parcouru des dizaines de site Internet, lu près d’une centaine de critiques, et après statistiques et analyses, voici les romans fantasy qui se trouvent être des incontournables :

Incontournable fantasy

Le Trône de fer de Georges R.R.Martin

Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes.
Tandis qu’en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s’est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues.
L’heure est grave, d’autant qu’au-delà du Mur qui protège le royaume depuis des siècles, d’étranges créatures rôdent.

Si vous avez vu la série et souhaitez en venir au livre, vous retrouverez dans le roman son ambiance et  son histoire. Il y a beaucoup de personnages et au début, il faut suivre… Ceci rendant l’histoire simple et complexe à la fois.

Le trone de fer

Les Princes d’Ambre de Roger Zelazny

En se sauvant d’un hôpital psychiatrique après une sévère amnésie, Corwin redécouvre peu à peu qu’il est en réalité un des dix princes d’Ambre, un royaume magique et moyenâgeux. Le seul hic ce sont ses neuf frères qui ont envie de monter sur le trône. Une belle saga familiale entre intrigues et trahisons avec en prime un moyen de communication à distance et de déplacement : les cartes du tarot d’Ambre. Si les cinq premiers tomes ont un véritable souffle et sont passionnants au fur et à mesure que Corwin retrouve la mémoire, les cinq suivants tirent un peu à la ligne. Néanmoins, voici un cycle léger et coloré qu’on conseillera vivement (ses suites écrits par d’autres beaucoup moins). La grande oeuvre de Roger Zelazny.

Il faut absolument lire le premier tome du cycle des Princes d'Ambre !! En un peu plus de 200 pages, nous découvrons un nouvel univers, une famille aussi nombreuse que tordue et retorse, des combats d'épée, une guerre, une défaite, une mutilation, une évasion, et la promesse d'un Prince d'Ambre de conquérir son trône !

Les princes d ambre

Le Seigneur des Anneaux de J.R.R.Tolkien

C’est tout simplement LA référence en fantasy. Il y a eu un avant et un après Seigneur des Anneaux. Écrite dans les années 50, la trilogie de Tolkien a atteint le sommet du genre avec une intrigue ambitieuse, un monde complet depuis son origine (avec sa mythologie, ses langues, ses cartes et les arbres généalogiques de ses héros), le tout sans oublier une intrigue dramatique et épique, mélangeant la fureur des champs de batailles aux tourments psychologiques de ses héros.

Certains trouveront l’abondance de détails un rien rébarbative, notamment au début. Mais passé ce petit écueil, Tolkien nous offre une plongée sensationnelle dans un monde d’elfes, d’orcs, de nains, de hobbits et de dragons. Une richesse dont on ne se sépare qu’à regret en refermant le dernier tome. Pas étonnant que les trois films de Peter Jackson aient eu un tel succès... 

Le seigneur des anneaux

L’Assassin Royal de Robin Hobb

Robin Hobb pose dans ce premier récit l'ensemble des acteurs en place, suggère les enjeux, décrit un univers médiéval teinté d'une discrète fantasy (qui ira croissante au fil du cycle), le tout du point de vue exclusif du héros du cycle : Fitz Chevalerie.

Bâtard du prince héritier (qui du coup renonce à ses prétentions au trône), Fitz découvre la vie du château royal Castelcerf, et finit par devenir l'apprenti de l'assassin du roi, apprenant les rudiments de sa future fonction, en même temps que sa position sur un échiquier de pouvoir, sur lequel il n'est qu'un instrument.

Ce tome est donc très lent. Il se concentre de plus sur l'enfance du héros, son point de vue nous empêche parfois d'avoir une vision d'ensemble.

L'action est donc en tant que tel peu présente, voire absente, si ce n'est sur les derniers chapitres. Il compense cependant par une atmosphère envoutante, sombre et froide, alternants joies et déceptions, espoirs et déconvenues...

La citadelle de l ombre

Conan - Robert E. Howard

Il aura fallu attendre plus de soixante-dix ans pour voir enfin publiées les aventures de Conan dans le respect de l’œuvre originale de Robert E. Howard. L’initiative n’est pas à mettre au crédit des éditions Bragelonne, mais remercions tout de même cet éditeur d’avoir eu l’excellente idée de traduire cette édition parue en 2002 chez l’éditeur américain Wandering Star. 

Pour ceux qui, éventuellement, ne connaîtraient pas Conan, sachez qu’il n’est pas simplement ce personnage aux allures de brute et au vocabulaire restreint, interprété à deux reprises par Arnold Schwartzenegger, mais bel et bien un héros tout droit sorti de l’univers des pulps.

Conan le Cimmérien, digne descendant des Atlantes, tour à tour aventurier, barbare, voleur, pirate et roi, arpentant le monde Hyborien en quête d’aventure.

Personnellement je l’ai rencontré petite dans les bandes dessinée et j’en suis tombée amoureuse. Si bien qu’il fut l’un des premiers personnages que j’ai dessiné.

Conan

La Belgariade de David Eddings

La Belgariade (titre original de The Belgariad) est une série de romans de fantasy de l'écrivain américain David Eddings.

La série est composée de cinq tomes, dont le titre associe à chaque fois un terme tiré des échecs à des thèmes familiers de la fantasy :

  • Le Pion blanc des présages, 1990 
  • La Reine des sortilèges, 1990 
  • Le Gambit du magicien, 1990 
  • La Tour des maléfices, 1991 
  • La Fin de partie de l'Enchanteur, 1992

Certaines critiques disent que cette série de roman est tout bonnement splendide. Eddings peut être considéré comme le nouveau Tolkien et d’autres la trouvent ennuyeuse :  « Et Garion ne cesse de répéter qu'il ne comprend rien à ce qui arrive. Le seul problème, c'est que le lecteur, lui, a quand même une vague idée de ce qui se passe et se trouve même en capacité d'émettre des hypothèses plausibles (et qui s'avèrent justes!)… »

Cependant, nous l’avons retrouvé en 5ème place sur tous nos recoupements.

La belgariade

La Tour Sombre de Stephen King (en 7 tomes)

L'homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait... ».
Dernier aventurier d'une époque qui ressemble à la nôtre, Roland le Pistolero est poussé par une force inconnue. Au-delà de cette chasse à l'homme, ce qu'il cherche, c'est la Tour.
À la croisée des temps, lieu de rencontre de notre univers et d'autres mondes...Voilà vingt ans que dure cette poursuite.

A l’origine, la création d’un héros mythique sur les voies d’une quête quasi-inaccessible, provient de l’impact qu’a eu « Le Seigneur des Anneaux » sur le jeune Stephen KING. Complètement emballé par cette trilogie et son souffle épique et majestueux, KING décide de l’imiter en se créant son propre univers, son propre héros, sa propre quête, sa propre mythologie.

Pourquoi lire « La Tour sombre » ?

Pour ceux qui ne connaissent pas Stephen King : pour voir que ce n’est pas ce que vous croyez. Et pour ceux qui connaissent Stephen King : tout bêtement parce que la Tour Sombre est le point d’équilibre de toute son œuvre. Ce cycle est « La Tour Sombre » qui relie tous les romans de King entre eux.

La tour sombre

Chronique du Tueur de Roi de Patrick Rothfuss (Trilogie)

J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi des pistes au clair de lune que personne n'oserait même évoquer. J'ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe
Vous avez dû entendre parler de moi. 

Quelques longueurs au début de l'œuvre mais l'écriture est très bonne et très belle. Certains passages rappellent Harry Potter. Ce livre a pour autant d'excellentes critiques. Il y a un coté "vie de tous les jours" de Kvothe (payer ses frais de scolarité, son loyer, sa nourriture...) qu'on voit très rarement dans les autres livres. 

  • Le nom du vent (première journée)
  • La peur du sage (deuxième journée en deux tomes)
  • La musique du silence
Chronique du tueur de roi

La Roue du Temps de Robert Jordan

Au pays des Deux Rivières, on fête le printemps : Rand part livrer le cidre au bourg avec son père. Osera-t-il demander une danse à Egwene ? Et pourquoi voit-il ce cavalier noir derrière lui ? Dame Moiraine lui révèle que le cavalier noir le cherche : Rand doit se réfugier à TarValon, chez les Aes Sedai, maîtresses du pouvoir unique. Le pouvoir unique... Le Seigneur de l'Ombre ayant jadis voulu conquérir le monde, les Aes Sedai, conduits par le Dragon, le repoussèrent aux confins de l'univers. Pour se venger, il suscita chez les vainqueurs une folie meurtrière. On dit que le Dragon renaîtra pour délivrer la Terre ravagée... et voici que le vent se lève dans les Montagnes de la Brume.

Ce livre, malgré un aspect rébarbatif, est très prenant. Robert Jordan, à l'instar de Tolkien (et c'est un bien grand compliment) sait donner une dimension à son œuvre. Son monde devient attirant, malgré les noms à l'aspect rude. Nous avons même lu une critique disant que « La Roue du Temps est la plus grande fresque de Fantasy depuis
J.R.R. Tolkien. » Si vous souhaitez vraiment le lire, accrochez vous: il y a plus de 22 tomes aux éditions fleuves noir repris sur 5 tomes aux éditions Bragelonne !!!

La roue du temps

Les Annales du Disque Monde de Terry Pratchett

Terry Pratchett publie, en 1983, avec La huitième couleur, le premier roman d’une très longue série d’aventures extraordinaires sur le « Disque-Monde », où êtres merveilleux, sorcières, mages et Dieux côtoient dragons, brigands, et territoires improbables et emportent le lecteur dans l’univers jubilatoire et épique de l’écrivain britannique…

L’écriture de Pratchett est délicieuse : légère mais subtile, mêlant descriptions vivantes et mystérieuses des paysages et des décors avec récits de scènes d’action très réalistes et accrocheurs. Pratchett fait vivre ses personnages, les abandonnant pendant un ou deux romans, le temps d’en développer d’autres », les retrouvant au détour d’une scène d’un autre roman, refaisant de l’un d’eux le héros passager d’un nouveau tome. Il n’y a pas de héros chez Pratchett : les « annales » regorgent d’individus tous plus ou moins bancals et grotesques, qui se croisent et se recroisent aux quatre coins du Disque-Monde…

Les annales du disque monde

Pour faire un bon livre Conseils en écriture devenir écrivain

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.