22 décembre

Voici le conte du 22 décembre écrit Cloclo

(Retour au calendrier de l'avent)

 

Les nains de jardin et le trèfle quatre feuilles

- D’où viennent les nains de jardin ?
- Eh bien d’un conte pour les enfants ! dit Mary il me semble « blanche neige » non ?
- Oui si l’on veut. En vérité ils sont bien plus vieux que le conte de Grimm qui a inspiré Disney…

Ils sont nés au Moyen-âge, en Turquie. C’est là-bas que l’on prit l’habitude de fabriquer des statuettes en l’honneur des mineurs qui n’avaient pas peur de s’aventurer vers le centre de la terre. Ils étaient des héros !

C’est en Allemagne que nous en comptons le plus.

A quoi sert le nain de jardin ? Selon certaines personnes c’est tout simplement joli, si si !

Selon d’autres, il joue le même rôle qu’un bonsaï : grâce à sa petite taille, il nous donne l’impression que le jardin est très grand.

Ils apparaissent entre les rosiers et les géraniums, ils envahissent le plus petit bout de gazon, ils s’appellent Atchoum, Prof, Grincheux, Dormeur, joyeux, Timide, et….ah ! Comment s’appelle le dernier, déjà ? « Simplet ! » dit Mary.

Oui alors on se dit qu’ils sont les amis de Blanche-Neige et on s’attend à la voir apparaître, elle aussi.

Et savez-vous pourquoi le trèfle à quatre feuilles est considéré comme porte bonheur, par certain ?

Le nez au ras des pâquerettes, vous cherchez un trèfle à quatre feuilles. Vous cherchez, vous cherchez, et n’en trouvez pas. Votre ami qui vous accompagne en est à son troisième en cinq minutes ! Vous n’avez vraiment pas de chance….Ah ! Si vous aviez un porte-bonheur, peut-être que cela vous aiderait !

Le trèfle ordinaire est habituellement composé de trois feuilles. Il est l’emblème de l’Irlande, parce que la légende dit que Saint Patrick racontait la base du Christianisme - Le Père, le Fils et le Saint-Esprit - à l’aide d’un trèfle.

Ceux qui ont quatre feuilles sont anormaux, ce sont des monstres victimes de mutation !

On dit que la première feuille (mais quelle est la première : à gauche, ou à droite ?), représente l’espoir. 

La deuxième évoque la foi, c’est-à-dire la croyance.

La troisième figure l’amour. Ah ! L’amour !

La quatrième enfin, enfin, symbolise la chance à cause de sa rareté : on compte, en moyenne, un trèfle à quatre feuilles pour dix mille trèfles à trois feuilles.

Voilà pourquoi l’on dit qu’un trèfle à quatre feuilles porte bonheur. Surtout si on le trouve par hasard. Alors cessez d’observer les pâquerettes, ne comptez pas les trèfles à trois feuilles jusqu’à 9 999, ne volez pas celui de votre ami qu’il a mis précieusement dans un livre ou portefeuille : ça ne compte pas !

Contentez-vous de flâner dans le pré en pensant à autre chose. A l’amour ou au bienheureux, pourquoi pas ? Et peut-être, avec un peu de chance...

Leprechum

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire