Ecrire une BD... Comment s'y prendre ?

La Belgique, pays de la bande dessinée. Mais pourquoi ? Nous répondrons à cette question à la fin de l’article mais en attendant, voici quelques conseils pour les personnes souhaitant se lancer dans l’aventure des petites histoires à vignettes…

Tout comme un roman, il faut penser à une histoire originale mais il faut surtout la penser en images et en dialogues courts.

Il faut également penser à l’illustrateur qui devra adapter les dialogues à l’action. Les images devront s’ajuster au ton du texte. Il faut donc un texte dynamique.

Ecrire une bd

Ecrivez sous forme de liste, sans développer dans un premier temps, cela vous aidera beaucoup pour écrire des choses succinctes. Gardez tous vos brouillons et vos paragraphes et utilisez-les pour former une chronologie des actions.

Vos personnages sont importants, ils doivent si possible avoir des défauts physiques ou des particularités bien reconnaissables sur les dessins. Ils doivent vouloir quelque chose, être des super-héros ou quelqu’un de banal à qui il arrive quelque chose d’extraordinaire…

Soyez visuels. Au lieu d’écrire de longues phrases faites de petits croquis. Ici vous ne direz pas « puis ils se battent » mais vous dessinerez une bagarre en plusieurs vignettes. C’est après avoir  « croquer » les scènes que vous mettrez les textes et les dialogues sous forme de bulles.

Il est important de tester votre histoire sous la forme d’une maquette. Tracez des vignettes et insérez vos actions. Si vous n’êtes pas doués pour le dessin, faites au mieux et insérez des annotations d’une autre couleur par exemple.

Vous verrez ainsi si vous avez de la place pour les bulles de dialogues, si votre « film » est fluide. Vous vous apercevrez par exemple qu’il faudra plus de vignettes que prévue pour que votre dialogue prenne place.

En fonction de votre sujet la recherche documentaire peut être importante. Lorsque j’ai écris ma bande dessinée sur la vie de Thomas Edison*, j’ai dû effectuer un gros travail de recherche, recouper tous les éléments que j’avais trouvé sur la vie de mon personnage. Mais il a fallu également que je fasse des recherches sur ces inventions, sur les villes et les lieux qu’il a parcourus à l’époque et les personnes qu’il a rencontrées pour que les illustrations soient les plus conformes à la réalité.

Hergé s’adaptait au contexte où il se trouvait. En 1920, Totor, qui deviendra plus tard Tintin, était dans une patrouille de scout, comme lui auparavant, avant de devenir reporter.

A l’époque, seules les BD américaines faisaient sortir directement les paroles de la bouche des personnages. En France, seuls Zig et Puce (1925) de Alain-Saint-Ogan utilisait ce procédé. En effet, avant cela on mettait des textes sous les images et c’est Hergé qui démocratisa le fait. C’est sans doute pour cela que la Belgique se veut être le pays de la bande dessinée.

Le 10 janvier 1929, Tintin fait donc son apparition dans « le petit vingtième », journal de l’époque.

Tintin sera toute sa vie témoin et rapporteur de la situation politique de son époque. Les premières planches réalisées avec des personnages ayant réellement existée furent pour « Aventures de Tintin à Chicago » où Hergé y intégra le personnage D’Al Capone.

*Pour en savoir plus sur ma bande dessinée sur la vie de Thomas Edison, suivez ce lien

Couverture

Pour faire un bon livre Conseils en écriture devenir écrivain

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.