Les soubrevestes - chapitre 7 (suite)

Bienvenue dans le monde des capes et des épées où se mêle amour, intrigues et histoire de France... Suite du chapitre 7

Certain de son effet, Fitzroy ouvrit largement une bouche tout aussi carnassière que celle de son interlocuteur :

– J’ai juste un message à destination d’une de tes connaissances.

Il recula d’un pas, s’approcha de Jane Carlisle et ôta d’un geste brusque le haut de sa cape découvrant ainsi son visage. Les traits de Bloody parquèrent la stupéfaction tandis que Fiztroy continuait avec jubilation :

– Si demain à la même heure je ne revois pas ta chaloupe avec un message semblable, je fais sauter ta coquille de noix ! »

Les soubrevestes semaine 5

Jacob, Raoul, Romance et le capitaine du bateau, John Fitzroy étaient sur le pont et regardaient l’autre navire encore au loin, mais qui s’approchait inexorablement. Jane Carlisle était restée dans sa cabine : les hommes d’équipage n’aimaient pas avoir une femme dans les jambes lorsqu’ils jugeaient une situation critique ; ils pensaient à tort ou à raison que cela portait malheur.

Toutefois, armée d’un pistolet et d’une épée, elle se tenait prête à toute éventualité.

John Fitzroy lâcha sa longue vue et ordonna que l’on hisse le drapeau blanc en haut du mât. Il riait d’avance de la tête que ferait Glengoyne en voyant cet étendard. Les minutes semblèrent interminables, mais enfin, l’autre bateau éleva à son tour la même couleur.

« Faites préparer la chaloupe ! Irvin, Le Borgne, Pied Bot, vous viendrez avec moi ainsi que nos quatre invités ! Vous direz également à la Lady de se couvrir le visage, nous devons garder l’effet de surprise le plus longtemps possible ! »

Ils acquiescèrent et Jacob partit rejoindre Jane qui revint avec une cape enveloppent son corps munie d'une capuche pour sa tête.

Tous montèrent dans la chaloupe et se dirigèrent vers le bateau opposé. Pendant ce temps, Bloody comprenant que le temps de parlementer précéderait celui d’un éventuel combat avait suivi le même protocole et donc pris place avec quelques compagnons dans un batelet. Il était curieux de savoir quelles étaient les intentions de son ennemi juré.

Quelques lieues séparaient les deux embarcations, le temps qu’elles mirent à se rejoindre parut interminable. Lorsqu’enfin elles se firent face, les capitaines se levèrent et les marins ramenèrent les rames sur eux. Les "invités" assis à l'arrière portaient tous une main près d’une épée ou d’un pistolet.

« Alors Fitzy, on se promène ? 

– Oui, mais c’était avant qu’un vieux requin se mette en travers mon chemin.

Bloody fit un large sourire qui laissa apparaître une rangée de dents en or pointues, histoire de bien rappeler que sa mâchoire pouvait être également dangereuse. Son regard fixa les passagers de la chaloupe ennemie :

– D’autres gros poissons sont de sortie à ce que je vois. Savent-ils que les eaux par ici peuvent devenir funestes pour des nageoires fragiles ?

– T’inquiètes pas, tous savent nager et très bien !

– Permets-moi d’en douter !

Le ton de Bloody se fit soudain plus menaçant, il prit un pistolet caché sous sa chemise et le dirigea sur Fitzroy :

– Fini la rigolade, dis-moi ce que tu es venu faire ici ?

Instantanément toutes les armes firent leur apparition et chacun en pointa une sur un adversaire potentiel.

Certain de son effet, Fiztroy ouvrit largement une bouche tout aussi carnassière que celle de son interlocuteur :

– J’ai juste un message à destination d’une de tes connaissances.

Il recula d’un pas, s’approcha de Jane Carlisle et ôta d’un geste brusque le haut de sa cape découvrant ainsi son visage. Les traits de Bloody parquèrent la stupéfaction tandis que Fitzroy continuait avec jubilation :

– Si demain à la même heure je ne revois pas ta chaloupe avec un message semblable, je fais sauter ta coquille de noix ! »

Sur ce, le pirate ordonna aux rameurs présents de faire demi-tour, tandis que Bloody restait toujours abasourdi par ce qu’il venait de voir ; une seconde Ambre. Après ce moment d’hésitation, il retourna jusqu’à son bateau, histoire de rassembler ses esprits et de réfléchir à la suite qu’il donnerait à ces événements.

C’est le visage fermé qu’il retrouva Ambre dans la cabine qui lui avait été allouée :

« Madame, vous m’avez bien dit que vos origines étaient écossaises ? 

Si Ambre fut désarçonnée par cette entrée en matière elle ne laissa rien paraître.

–  Oui, comme je vous l’ai déjà dit mon grand-père suivit la jeune princesse Marie(1) en 1548, mais choisi de rester en Royaume de France lorsqu’après le décès du roi François cette dernière décida de rejoindre son pays d’Écosse. 

Le visage de Glengoyne demeurait toujours aussi fermé :

– Et vous-même, Madame, avez vous des frères et sœurs ?

– Non, et je vous le répète, après la mort du bon roi Henri, ma famille préféra quitter la France pour les Amériques ! 

– Et rien ne vous a jamais posé questions sur un secret de famille vous concernant ?

La curiosité d’Ambre était complètement éveillée : on aurait dit que Glengloyne la regardait différemment, comme si la voyait pour la première fois, elle décida de lui faire part d’une chose dont elle n’avait jamais parlé jusqu’à présent :

– Il y a bien cette bague...

– Une bague ?

– Surmontée d’un faucon avec une inscription à l’intérieur : mon prénom, un lieu, Compiègne et une date 1609 !

– N’avez-vous jamais demandé à vos parents la signification de ce faucon ?

– Ils m’ont dit que c’était l’emblème de la famille Sainclair…

Glengoyne eut une sorte de ricanement :

– Le faucon n’a jamais été un symbole écossais. Pourriez-vous me montrer cet anneau ?

– C’est impossible, il m’a été volé.

– Volé ?

– Sur le bateau qui m’amenait en Europe, juste avant que Giuseppe et moi passâmes par-dessus bord. Le compagnon de Giuseppe, un prêtre français…

– Madame, je vous quitte, je dois réfléchir. Préparez-vous à vivre une journée pleine de surprises. »

Jane Carlisle

Illustration Marie-Laure KÖNIG

  1. http://www.lefigaro.fr/histoire/2017/02/07/26001-20170207ARTFIG00237-marie-stuart-couronnee-a-9-mois-decapitee-a-44-ans.php

Un peu de documentation... sur notre Pinterest

roman historique Roman de la team

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire