Poésie... Notre recueil

Ecrivons un livre
Ecrivons un livre
Modérateur

le 22/06/2016 à 11:15

Et si on ouvrait une page pour les amoureux de la poésie... Ce sera notre petit recueil rien qu'à nous.
Ecrivons un livre - Marie-Laure de la Team - www.marielaurekonig.fr

le 22/06/2016 à 18:39

Si j'avais gardé pour moi mes maux… et mes mots,

pour une femme si fière de sa liberté…

si seulement ses mots n'avaient pas été la cause de mes maux,

pour un homme si fier de sa liberté…



Mes maux m'ont fait dire des mots blessants,

cause de ses maux...

et ses maux lui ont fait dire des mots… cinglants,

cause de mes maux.



Mots et maux sont liés,

j'exprime mes maux par des mots,

et mes mots traduisent mes maux.

Il ne reste que ça…



Alors peut être qu'un jour ses mots,

viendront me toucher et panser mes maux,

peut être que les maux s'envoleront,

et laisseront place aux mots,

que l'on à pas besoin de dire finalement...
Ecrivons un livre
Ecrivons un livre
Modérateur

le 22/06/2016 à 19:35

Magnifique ! Bienvenue Cora dans notre maison. Pas de titre à ce poème ? - Marie-Laure de la Team
Ecrivons un livre - Marie-Laure de la Team - www.marielaurekonig.fr

le 23/06/2016 à 08:59

Merci :) et non pas de titre... je ne trouve jamais de titre à mes textes/poèmes !

le 23/06/2016 à 09:04

Les silences

Sage est la patience devant le silence. Tout ces mots, dis sans mots. Ils font mal, sans en avoir l'air. Ça fait mal, sans culpabilité. Les silences… Souvent associés à de la lâcheté, adroitement dosés, pour ne pas irriter, habilement choisis, pour ne pas êtres interprétés. Les silences… Trop, ils inquiètent, pas assez, ils étouffent. Les silences… Ils excusent les absences, ils évitent l’accoutumance. Les silences...

le 25/06/2016 à 09:09

Certains silences sont tellement bruyants, que vous pouvez en entendre chaque parole. Mais quand le bruit des sourires désarmera le monde, ce sera au tour des armes de pleurer en silence.

le 25/06/2016 à 18:17

LES PAGES DE TA VIE...
Les vents tourneront les pages de ta vie.
Le printemps, d’un amour naissant,
L’éclosion de nouveaux sentiments,
Timides caresses légères,
Comme des papillons éphémères,
Et la fraîcheur des baisers,
Dont on n’est jamais rassasiés.

Les vents tourneront les pages de ta vie,
Un été qui s’installe et qui ravage tout
Dans un amour brulant, canicule passion
Avec, mistral, vent chaud,
Et le chant des cigales,
Nue, te laissant dévorer
Par ce feu sans égal…

En automne, l’ardeur est tendre.
Les couleurs se sont teintées
De chaleur réconfortante
On se réchauffe les jours de pluie,
D’une écharpe enrubannée de vie,
Celle qui est devant et qu’on espère encore
Avec tendresse vivre dans le même décor,

L’hiver arrive vite, au coin d’une fenêtre
Ou d’un foyer rougit,
Au tictac d’une horloge, qui jamais ne s'arrête,
Au sifflement d’une bouilloire vieillie
Comme au départ d’un train sur le quai d’une gare,
Et les yeux dans les yeux,
Encore bleus, amoureux, se sourient…

le 27/06/2016 à 19:45

A l'écoute de ces belles pensées issues de plumes légères
Mon cœur se rétracte et je manque d'air
Heureusement, les mots sont mes amis sincères
Ils me réconfortent sans en avoir l'air
Je peux donc reprendre mon chemin, baladin sous tes airs.
morris

le 27/06/2016 à 19:47

Tenté par vos exemples,je me suis lancé dans cette petite improvisation.J'espère qu'elle n'est pas trop malhabile.Faire des rimes est loin d'être aisé.Bravo pour vos superbes poèmes.
morris

le 12/08/2016 à 14:24

Mon fils,

Mon fils, je te lègue ce sein appauvri,
ce ventre creux, qui naguère te couvait,
cet oeil de mère peureuse
qui veille tes blessures comme miennes,
je te lègue tes sourires de l'instant,
tes rires d'enfant peu sage,
ta joie du cadeau déballé,
ta peur craintive et admirative du Père Noël de l'école
et simplement ma vie s'il le faut
pour que la tienne soit la plus belle.

Mon fils te léguer ce n'est rien,
c'est t'aimer comme une mère,
c'est souffrir à ta place,
voir ton avenir grandir, s'embellir,
c'est vivre encore et toujours par toi,
reflet et encore... de ton ombre
et la mort trahison qui m'arrache à toi,
que je nie, que je souhaite amadouer
pour même en fantôme rester près de toi,
ou ange-gardien, te veiller,
mes ailes comme couche
ou toit
jusqu'à nos retrouvailles.

Mon fils, je te lègue mon coeur,
ses battements pour aider le tien
et le jour de ma mort,
regarde autour de toi ce que te lègue le monde,
ce lègue généreux et sans fard
où j'aurai été un instant.

L.G.
Ecrivons un livre
Ecrivons un livre
Modérateur

le 12/08/2016 à 15:09

Bienvenue Laeti ! J'aime beaucoup votre poème, sans doute parce que aussi, je me sens concernée...
Ecrivons un livre - Marie-Laure de la Team - www.marielaurekonig.fr

le 17/08/2016 à 12:50

Merci de votre accueil. Contente que mon poème vous plaise. J'en posterai de temps en temps. Belle journée à vous :)

le 19/08/2016 à 16:35

Rien de plus

Je t’aime
Rien de plus que Je t’aime
Des mots que je n'ai jamais perdu
Des mots que je n’oublierai jamais plus

Je t’aime
Rien de plus que Je t’aime
Pour te le dire et quand bien même
Ne l’as tu entendu

Je peux l’écrire comme un voyou
Gravé à jamais sur un mur
Il serait bien encore plus doux
Qu’un simple murmure

Je t’aime, rien de plus que Je t’aime
Rien de plus que ces mots
Rien de plus que ce thème

Je t’aime
Rien de plus que Je t’aime
Des mots que je n'ai jamais perdu
Des mots que je n’oublierai jamais plus

Je t’aime
Rien de plus que Je t’aime
Pour te le dire et quand bien même
T’en es-tu aperçu

Je peux le dire dans ton oreille
Avant que le jour ne se lève
Il ne serait qu’un réveil
Auquel on droit tes lèvres

Je t’aime, rien de plus que Je t’aime
Rien de plus que ces mots
Rien de plus que ce thème

Texte de Pascal Ladhalle.
Protégé et déclaré comme propriété de l’auteur.
Ecrivons un livre
Ecrivons un livre
Modérateur

le 19/08/2016 à 20:01

Bienvenue parmi nous Pascal Ladhalle !
Ecrivons un livre - Marie-Laure de la Team - www.marielaurekonig.fr

le 21/08/2016 à 11:50

Faut-il des rimes dans une acrostiche ? En tout cas, j'aime bien soigner le début des vers plutôt que la fin ! Pour vous transmettre mon premier "bonjour !" à tous sur Ecrivons un livre, je glisse, ici, une de mes petites acrostiches...

M oqueur, dit-on,
E t siffleur par excellence,
R egardez-le,
L 'oiseau noir au bec jaune
E coutez-le, le merle des jardins.
Misslou
misslou

le 21/08/2016 à 11:57

je rectifie ! j'ai tout faux ! UN acrostiche... merci Misslou
misslou

le 22/08/2016 à 13:14

2ème acrostiche...

G lycines et capucines,
I l peint les fleurs de son jardin.
V erts en demi-teintes
E t impressions à peine peintes.
R egardez le jardin, regardez la toile,
Nymphéas. Claude Monet
Y voit l'harmonie d'une vie.

Misslou.
misslou
Ecrivons un livre
Ecrivons un livre
Modérateur

le 22/08/2016 à 16:34

Bonjous Misslou et bienvenue !

"Un acrostiche, du grec akrostikhos (akros, haut, élevé et stikhos, le vers), est un poème, une strophe ou une série de strophes fondés sur une forme poétique consistant en ce que, lues verticalement de haut en bas, la première lettre ou, parfois, les premiers mots d'une suite de vers composent un mot ou une expression en lien avec le poème."

Mais je dirais que tout est histoire de gout et de musicalité. Parfois à chercher les vers, on en oublie le sens...
Ecrivons un livre - Marie-Laure de la Team - www.marielaurekonig.fr

le 22/08/2016 à 22:34

Ton Etoile

Par la plus douce des soirées estivales,
Lorsque les nuages déserteront l’au-delà,
Lèves tes yeux d’ange et cherches ton plus beau cristal:
Dans le ciel nocturne, une étoile est à toi.

Dans l’immensité de la galaxie sacrée,
Tâches de trouver ta véritable identité :
Là ou tu es né, c’est là où tu dois éclore,
Là où tu vivras vraiment, tu vaincras la mort.

Dans l’univers, tout a sa place et son rôle :
A toi de découvrir la source de ton envol.
En tant qu’enfant issu du néant universel,
A toi de devenir un cosmos originel.

Ne perds jamais ceci de vue si tu te noies :
Dans le ciel nocturne, une étoile est à toi.
Tu sauras alors que tu existes sur Terre,
Bien qu’étant cet être au destin éphémère.
Haeresis83

le 30/08/2016 à 17:24

La mélancolie

Tendre consonance, douce attirance, comme une brume légère avec une odeur familière, qui m'enveloppe, me serre et obscurci mon esprit. Elle me rappelle délicatement qu'à chaque instant est associé une peur, une douleur, un souvenir ou une expérience. Tel un arrière-goût légèrement amer mais délicieux tout autant. Une présence régulière, presque rituelle. Elle m’oppresse tendrement puis m'abandonne violemment, laissant comme un vide, un moment de répit, de bonheur et de douceur. J'ai alors envie de le toucher, le goûter, le savourer… Elle guette, patiemment, elle m'épie et attend le bon moment. Ce moment où elle décidera, insensiblement, de me submerger à nouveau.

le 31/08/2016 à 15:47

Puisque la poésie va être mise à l'honneur sur Ecrivons un livre, merci, un petit acrostiche s'impose !! :

E nsemble
C réons un
R oman.
I mprévisible
V oyage de cet
O iseau, que
N ous
S ommes tous, ainsi

Unis par
N os plumes.

Laissons-nous
I nviter à
V ivre un
R oman, je l'espère,
E tonnant !

misslou
misslou

Pages : 1 2

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.