Challenge d'écriture "Pourquoi les femmes..." - Juin 2017

En juin, deux auteurs qui nous ont ravis de leur proposition. Nous remercions ces talentueux auteurs pour leur participation.

 

Pourquoi les femmes ont toujours...

Histoire n°1 (Auteur : neph)

« Une pincée de sel, un soupçon d'oignon et... Comment définir les femmes? Certains diront, les femmes ont toujours raison. D'autres que les femmes ont toujours quelques chose à dire. Les femmes sont comme ceci, les femmes sont comme cela... 

Cependant chers auditeurs, les femmes nous attirent, nous fascinent, nous captivent ! Comment pouvons nous les définir ? Car tenter de les définir, c'est aussi en parti toucher à son propre reflet. Et le soi, qu'est-ce que c'est? Est-ce une chose, un "bidule-truc" sans importance? D'ailleurs, au passage, avons-nous un "soi" sexué ? »

Un grésillement se fit entendre. 

« Non, non, non, je ne vais pas essayé de refaire le monde, et de plus, je ne suis ni pour un parti, ni pour l'autre.

Mais n'avez-vous jamais eu ce petit "truc" sur la langue, les femmes ont toujours (...) sans jamais pouvoir le définir précisément? Et l'on s'emporte dans des débats passionnés, pleins de fougues et de colères... Elles ont ceci, elles ont cela... Et pour nous rassurer, nous, bien sûr, nous allons dire que nous ne sommes pas comme cela !

Les femmes, comme les hommes ont tous des spécificités, des caractéristiques qui leurs sont propres. L'être humain est un et indivisible. Alors, certains, me diront que les hommes et les femmes sont comme chien et chats ! »

Le passage suivant resta inaudible...

« Or, cela ne veut pas dire qu'ils ne s'aiment pas, là est la nuance... Chacun homme y trouve son complément, sa manière d'exister à travers elle. »

Encore un passage qu'Édouard n'arrive pas à déchiffrer, écoutant ce célèbre philosophe s'exprimer par les enceintes du magnétophone.

« Et oui, dans les imperfections, on est "soi". Et le soi, est en chacun de soi! C'est impossible de le définir. Une chose est sûre, au fond, si les femmes n'étaient pas avec nous, qu'est ce qu'on s'ennuierait ! »

La bande magnétique de la cassette faisait une cacophonie, de plus en plus, malheureusement pour Édouard qui souhaitait ne pas louper une miette de ce monologue passionnant !

« Comme une saveur est remplie d'ingrédients, plus ou moins savoureux, plus ou moins bon pour la santé aussi, parfois on y ajoute un ingrédient inattendu, tellement audacieux ! Et, pourtant, c'est souvent cet ingrédient de dernière minute qui fait tout le charme de la recette. Les femmes sont un peu comme cet ingrédient de dernière minute, on n'y pense pas forcément avant leurs existences, et puis, une fois qu'elles sont là, à nos côtés, on ne peut plus s'en passer !

Réfléchissez-y, la femme est le propre de l'homme, et l'homme sans la femme serait désespéré ! Où, tout du moins il ressentirait au fond de lui, que quelque chose lui manque. Il n'est donc pas question de prendre parti pour l'un ou pour l'autre, puisque prendre parti, c'est justement ignorer que l'un sans l'autre, il manque quelque chose. Et ce quelque chose, certaines personnes passeront leur vie entière sans le trouver. Oui, le monde va mal, plus de moralité, plus de couples qui durent... Le secret, c'est que les femmes ont toujours...»

Un froissement se fit entendre, et la bande magnétique se déchira ... Édouard était submergé par les émotions. Cet enregistrement, qu'il n'avait jamais pris la peine d'écouter, était mal au point. Jadis, jeune étudiant, il avait pourtant assisté à ce cours de philosophie. Mais à l'époque, il n'était guère intéressé, et les souvenirs étaient bien flous... Il avait quand même pris cet enregistrement, juste pour jouer l'élève modèle, qu'il n'était cependant pas.

Dans ses pensées, il se dit qu'il était vraiment stupide. Pourquoi déjà, avait-il plaqué son ex, il y a quelques jours ? Pour une histoire de chaussette? Et, n'avait-il pas noyé ensuite, le flot de ses pensées, par de l'alcool ? Édouard réfléchit profondément, et se dit :

« Soit ! Je ne connaîtrais probablement jamais le secret, de ce que les femmes ont toujours de plus que nous... Mais sans elle, je ne peux pas vivre...»

C'est ainsi qu' Édouard comprit qu'il avait mal agit. Il pris la décision de revoir sa compagne, et de lui faire ses excuses, parce que la vie sans elle, ne valait vraiment pas la peine d'être vécue !

Histoire n°2 (Auteur : cmia11)

« Pourquoi les femmes ont toujours envie de massages ? Et pourquoi elles sont aussi compliquées ? » marmonnait Quentin à l’adresse de son ami de toujours Tom avec sa bière à la main.

Sa rupture remontait à une semaine et il ressassait encore et toujours les derniers mots de son ex : « Tu es trop routinier, j’ai besoin de plus d’excitation et de plus de sensations. »

Quelle connasse ! Il savait bien la vérité, les femmes ne sont jamais contentes ! Tom, de son côté marié depuis quelques années, le décontenançait avec sa loyauté.
Quentin affirma avec agressivité : « Elle ne te fait jamais le coup, ta femme ? D’être toujours agacée par un truc ! Quoi que tu fasses, elles ne sont jamais satisfaites. Tu arrives avec un bouquet de fleurs à la main pour fêter votre anniversaire de rencontre, et elle te gronde sur le fait que tu n’as pas remarqué sa nouvelle robe. Et quand tu remarques sa nouvelle coupe, tu as encore oublié son anniversaire. Ah oui, tu ne peux jamais dire ce que tu penses aussi, car elle trouve toujours de nouveaux sous-entendus à ce que tu dis. Comment tu fais pour supporter la tienne ?

— L’amour, mon pote, l’amour. Bien sûr qu’il y a des jours où j’en ai marre de devoir lui répéter dix fois qu’elle est la plus belle, des jours où je dois la rassurer sur ses nombreux complexes. Mais il y a aussi d’autres jours où je suis heureux d’avoir une belle femme à mes côtés, sur qui je peux compter et avec qui je m’amuse bien.

— Tu as bien de la chance, sérieux ! » conclut le nouveau célibataire désœuvré.

Il devait admettre qu’il ne comprenait pas la dynamique d’un couple. On lui disait de s’occuper du ménage sous peine de se faire accuser de machisme, et juste après de rester viril sans qu’il comprît la portée de cette affirmation. Il avait toujours l’impression que de nos jours, les femmes demandaient tout et son contraire, un protecteur, un romantique, un partenaire de jeu et évidemment un bon partenaire au lit. Dans tous les cas, malgré tous ses efforts pour se rappeler de tout, pour acheter des fleurs et pour réconforter sa copine, il restait le bon ami inutile que les femmes quittaient parce qu’elles s’ennuyaient.

Il reprit : « Tu crois qu’elles ont toutes raison ? Est-ce que je suis à ce point désagréable et ennuyeux ?

— Mais non Quentin, tu choisis juste mal tes femmes. La prochaine fois, je suis sûr que ça ira mieux !

— Il n’y aura pas de prochaine fois, conclut-il désabusé, je n’en peux plus d’entendre tout le temps les mêmes reproches, de devoir toujours me plier en quatre pour des femmes inutiles. À partir de maintenant, je vais rester célibataire et ne plus être obligé de supporter ces gamines. »

À ce moment, il vit une brune, jeune et avec de jolies formes, lui faire un clin d’œil et un signe de tête pour l’intimer à s’approcher. Son ami, moqueur, lui lança :
« Quel dommage ! Tu viens de faire vœu de célibat…

— Tant pis ! Je respecterais ce vœu une prochaine fois. »

Et, sous le regard rieur de son ami, il se lança dans une nouvelle tentative de décrypter le mystère des femmes.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.